Libre d'être soi

Libre d'être soi

Fan fiction Harry Potter

En cette matinée du 25 décembre, elle se réveilla toute excitée et courut vers la fenêtre « Oh oui, s’exclama-t-elle, il neige ! ». Son vœu s’était réalisé, un manteau blanc recouvrait le sol et le vent faisait tourbillonner la neige qui avait presque une teinte argentée. Après avoir contemplé ce merveilleux spectacle, elle s’empressa d’aller ouvrir ses cadeaux. Le bruit des emballages qu’on déchire avait réveillé sa camarade de chambre.

-Oh Hermione, il est à peine sept heures du matin, grogna Ginny

- Excuse-moi, répondit Hermione, mais je veux profiter au maximum de mes vacances ici

-Joyeux noël, marmonna Ginny avant de se rendormir

-Oui joyeux noël à toi aussi.

Après cette « chaleureuse discussion » Hermione se concentra sur ces cadeaux. Elle ouvrit le premier et découvrit un livre sur « Les sorciers les plus célèbres de ces cent dernières années », encore un livre ! C’est vrai qu’elle était une bonne élève mais ça l’énervait que les gens ne voient que cette facette de sa personnalité. La jeune fille qui ne perdit pas sa bonne humeur pour autant, regarda le nom de l’expéditeur, Mr et Mrs Weasley, elle s’en voulut immédiatement pour ce qu’elle avait pensé, non seulement les Weasley l’avaient accueilli au Terrier pour les vacances mais en plus ils avaient dépensé de l’argent pour lui acheter un cadeau …Elle essuya la larme qu’elle avait au coin de l’œil, sourit et continua à ouvrir ses présents. Il yavait des dragées de Bertie et Crochue de la part d’Harry, un recueil de recettes et d’astuces pour être belle sans magie de la part de Ginny et les éternels biscuits d’Hagrid…sans oublier le cadeau de ses parents : une boite à musique. Hermione s’appretait à se lever pour aller s’habiller lorsqu’elle trébucha sur quelque chose. C’était un petit paquet carré enveloppé dans du papier enchanté (ce papier est animé, tout ce qui est dessiné dessus bouge), elle approcha le paquet de ses yeux et vit des petites fées qui volaient partout, elle tapota la petite boîte avec sa baguette et les petites fées envahirent la pièce. C’était merveilleux, elles volaient partout, virevoltaient dans les airs et laissaient derrière elles une trainée de poussière dorée.

-Waou, s’exclama Hermione, c’est tellement féerique.

-Il serait peut être temps que tu ouvres le paquet ma chérie, chuchota une des fées à l’oreille de la jeune brune.

Mais Hermione avait peur, elle avait peur de ce qu’elle pourrait découvrir dans cette boîte, elle savait intuitivement que sa vie ne serait plus la même, son corps était parcouru d’une étrange chaleur, non que cela soit désagréable, au contraire c’était une douce et étrange chaleur. Après quelques minutes passées à scruter les moindres détails de ce paquet, elle prit son courage à deux mains et tira sur le ruban.

 

A quelques mètres de là, un jeune rouquin s’était lui aussi réveillé avant les autres, il regardait le plafond : « Pourquoi  est ce que je n’ai pas attendu, comment va-t-elle réagir ? » Son cœur s’emballa et voulut sortir de sa poitrine, c’était comme s’il était révolté que le garçon se pose autant de question, « lui » ne doutait pas et « lui » attendait depuis tellement longtemps.

 

 

La boite s’ouvrit brusquement et révéla ce qu’elle contenait, Hermione était bouche bée …un médaillon ! Un médaillon accroché à une chaine, le tout en or ! Lorsqu’elle ouvrit le médaillon, les petites fées qui continuaient de virevolter disparurent dans un nuage de poussière et une plume apparu. La plume descendit doucement et vint se positionner au dessus du médaillon afin d’y graver un message. Hermione était ébahie, son cœur battait la chamade et lorsqu’elle pencha la tête pour voir ce que les fées avaient gravé dans l’or, le temps s’embla s’arrêter un instant, avant de reprendre sa course éternelle. La plume avait écrit d’une écriture penchée qu’elle ne connaissait que trop bien Hermione je t’aime. Hermione avait le souffle coupé, elle se leva en titubant, entra dans la chambre voisine et se jeta sur Ron qu’elle embrassa fougueusement. Enfin elle respira.

-Comment as-tu su que c’était moi ? s’étonna Ron

-Tu oublies que c’est moi qui t’ai fait réviser tes sortilèges ses six dernières années, s’amusa Hermione, et puis parce que moi aussi je t’aime.

Ils s’embrassèrent encore et encore comme pour s’excuser de tout ce temps passé à faire semblant de ne pas s’aimer.

Ne cherchez pas le prince charmant très loin, il peut être juste sous votre nez. 

 

 

 

PS: je l'ai ecrite quand j'avais une quinzaine d'années alors soyez indulgents :D



08/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour